HOUSE OF WOLVES – House of Wolves

Qu’elles sont délicates et parfois floues, les frontières entre l’androgynie subtile d’une voix rare et un insupportable chant de fausset, la folk américana précieuse et la country lente et fade, la haute compagnie de Mazzy Star (les cimes) et celle – basse – de plagieurs tâcherons (les abîmes), l’épure choisie et revendiquée et le dépouillement contraint ou subi, les arrangements de cordes inspirants et l’ornement vulgaire, le songwriting touchant en peu de mots et l’absence de contenu, la frustration d’un disque court et l’embarras d’un disque trop long…

Fort heureusement, à ces exercices d’équilibrismes répandus et périlleux, Rey Villalobos (l’homme seul ou presque derrière House Of Wolves), balance toujours du bon côté. Celui de l’élégance, d’un luxe rustique, de la singularité raffinée. Celui où, après une paire de disque plutôt minimalistes, il peut se permettre d’afficher ostensiblement des envies et des ambitions… Et de les assumer : quatuor à cordes, expérimentée formation en trio et perspectives élargies (du romantisme “Firefly” au nettement plus remuant “Keep all your Lovers”). Jusqu’à flirter libement avec le “Creep” de Radiohead sur “Oh You Little One” ...

Et se faire une place, discrète et désinvolte, dans un prochain et éminent panthéon des nouveaux héraults folk...

House of Wolves (Discolexique)

House of Wolves sera en concert le 22 février à Mains D’oeuvres avec Gareth Dickson, dont le dernier album, Orwell Court, est un bijou d’expériences sensorielles, de guitares et voix éthérés, d’emportements somptueux..

February 19, 2017

Comments are closed.