BON IVER – 22, A Million

visuel-bon-iver-22-a-million...ou comment Bon Iver brouille l’écoute et les pistes. Et le chroniqueur.

Jurisprudence Kid A en tête, certains loueront l’audace, l’aplomb, la vision avant-gardiste, l’usage du vocoder ou d’une nouvelle technologie. Le songwriter qui passe en quelques années de la cabane perdue au fond des bois (et de son esthétisme, forcément folk, dépouillé, sincère) à l’hypersophistication d’instruments électroniques derniers cris. Et emporte la critique dans son univers, évidemment précieux et louable…

Au final, un excellent EP imaginaire (les première, quatrième, cinquième, huitième, dixième morceaux) agrémenté d’expériences dispensables et de morceaux gâchés (tous les autres).

Avertissement liminaire : plutôt que par leurs imbitables titres (enchaînements de chiffres, majuscules, minuscules, caractères à la typographie inversée et symboles Lovesymbol complexifiés encore), on se permettra de nommer les morceaux de 22, A Million par leurs numéros…

D’autres (on se compte parmi ceux-là) regretteront que la voix, touchante, de Justin Vernon, soit à ce point dénaturée, son songwriting autant maltraité, et qu’une expérience amusante entre soi, dans l’ivresse ou l’euphorie, destinée à rester une récréation en devienne un album véritable.

La prochaine étape : Kanye Bon West Iver ?

Bon Iver (Jagjaguwar)

December 9, 2016

Comments are closed.