LAISH – Pendulum Swing

visuel-laish-pendulum-swingDes similitudes (de voix, de styles et d’humilité) avec le Mojave 3 de Neil Halstead (“The Last Time”, sommet d’enchantement et de volupté, flirtant même avec les altitudes – pourtant déjà hautes – de Prefab Sprout).

Des raisons, donc, de louer sans réserves. De s’enthousiasmer raisonnablement pour ces chansons, dès le “Vague” initial, qui berce, pop, de longues minutes qu’on voudrait plus longues encore. Et tout autant pour la suite, qu’elle soit plus animée ou lumineuse (“Learning To Love The Bomb”, “My Little Prince”), plus folk (le titre éponyme), plus ambitieuse (“Rattling Around”) ou plus posée et d’une indéniable touche britannique (“Song For Everything” dans la lignée des morceaux les plus paisibles de Steven/Singing Adams).

Humour et flegmes locaux, traditions renouvelées, époques après époques, qu’importe les auteurs. Avec ici ce supplément d’élégance : on pense ainsi à Flotation Toy Warning, au pourtant francophone Thousand, à tout un pan cosmopolite de l’esthétisme estampillé Talitres, de l’artisanat éminemment noble et d’un goût avéré, jamais pris en défaut jusqu’à présent… Et certainement pas en ce disque irréprochable de justesse.

Laish (Talitres)

 

December 8, 2016

Comments are closed.