MOTORAMA – Dialogues

visuel-motorama-dialoguesA la manière de leurs chansons (brûlots cold wave aux motifs répétitifs et infimes variations synthétiques), les albums de Motorama se ressemblent tous mais se distinguent à chaque fois. Par des détails presque imperceptibles, des décalages subtils, des séduisantes voies nouvelles prises avec parcimonie et précaution…

Difficile donc de qualifier précisément les différences avec le précédent Poverty, travail de critique orfèvre au pointillisme vain. On pourra, en revanche, déceler des suppléments de douceur, de précision et de spectre par rapport au premier Alps (six ans déjà, six ans seulement).
Le jugement s’affinera ainsi avec les ans, la pertinence du groupe, sa nécessité artistique et son ancrage dans l’urgence ne semblant jamais devoir être remis en cause. Grande force et évidence : “Tell Me”, “Sign”, “Someone is missed”, autant de chansons (chansons qui se détachent, sans qu’on sache vraiment dire pourquoi), sont toutes aussi contemporaines qu’elles auraient pu l’être il y a trente ans et qu’elles le seront dans quelques années encore sans aucun doute.

Un paradoxe, russe. Et rare raison d’enthousiasme pour ce côté-ci du globe…

Motorama (Talitres)

October 22, 2016

Comments are closed.