COURTNEY BARNETT – Sometimes I Sit And Think, And Sometimes I Just Sit

Visuel COURTNEY BARNETT - Sometimes I sitSuperlatifs déjà, multiples, partout. De ceux raisonnés : Courtney Barnett n’est pas le prodige, la révélation ultime ou le secret le mieux gardé... Une heureuse surprise plutôt (et une confirmation pour ceux qui connaissaient déjà ses EP), agréable descendance de ces artistes presque grunge, ceux qui flirtaient avec la brutalité initiale mais paraient judicieusement leurs morceaux de plus de lumières et de précisions (Nada Surf et consorts).

Les morceaux de la jeune australienne donnent l’impression d’avoir été composés, écrits et enregistrés entre d’autres occupations plus sérieuses, comme des distractions légères et superflues, des histoires sans importances. Et pourtant, “Small Poppies” c’est du blues crade aussi jouissif que le jazz de Pavement, “Depreston” c’est beau comme du Cat Power déprimant devant l’état du rêve américain, “Nobody really cares if you don’t come to the party” c’est de la britpop qui enfonce tranquillement Oasis (avec clin d’oeil dans les paroles) et “Debbie Downer” en prolonge l’effet version Teenage Fanclub (mais là, la référence est indépassable)... Et tout impressionne, littéralement.
Put me on a pedestal and I will only disappoint you” chante-t-elle sur l’excellent “Pedestrian at best”). On s’en gardera bien… mais on s’en voudrait un peu quand même de ne pas le faire !

Courtney Barnett (Milk Records)

April 25, 2015

Comments are closed.