VINCENT BRUNNER – Platine

Visuel VINCENT BRUNNER - PlatineLe dernier ouvrage en date de Vincent Brunner, Sex & Sex & Rock’n’Roll (illustré par Luz), traitant explicitement des déviances, singularités et performances sexuelles des petits et grands rockeurs de ce monde, lorsque l’auteur-journaliste annonce il y a quelques mois la parution prochaine de son premier roman, je m’attends à une sorte de plongée dans les bas-fonds du rock, une modern rock story musicale à base de drogues, de cul, d’alcool et d’égos surdimensionnés. Vincent Brunner a déjà écrit longuement sur Dylan, Miossec et documenté les excès des uns et des autres dans les deux volumes de Rock Strip, il a donc une légitimité, un recul et presque une obligation à traiter de cela. J’envisage un roman d’apprentissage, les premiers pas d’un groupe innocent dans un monde féroce, une histoire de rivalité amoureuse sur fond de rock testostéroné, des descriptions crues et un ton clinique et cynique…

Je n’imaginais pas un seul instant qu’il faudrait aller chercher Platine dans le rayon littérature jeunesse (sur les étagères pour ados et pré-ados), que le narrateur serait une adolescente férue de rock, un peu rebelle mais somme toute fort sage et posée, et qu’on aborderait des thématiques plus essentielles finalement que les arts mineurs. La découverte de ses racines, par le truchement d’un vinyl de Nevermind, la naissance d’une passion, les crises et interrogations adolescentes sur le bien et le mal, le racisme stupide, les émois amoureux, l’affirmation de soi… en à peine une semaine de la vie d’Eva, l’héroïne touchante et plutôt adroite.

Vincent Brunner écrit à la Nick Hornby, à l’anglo-saxonne, plutôt directement et sans s’embarrasser de circonvolutions accessoires. En s’incarnant en jeune fille du moment, il s’épargne les travers nostalgiques de sa propre adolescence et réussit brillamment à éviter les pièges de la méconnaissance de celle du moment. C’est frais et trop stylé, dirait mon fils…

Eva, ainsi, c’est la fille qu’on rêverait d’avoir (on en a l’âge désormais), celle à qui on voudrait faire découvrir ses propres goûts musicaux et autres, celle qu’on serait fier de voir grandir et qui nous mettrait la larme à l’œil quand on s’apercevrait que c’est un peu de nous qui s’émancipe tout en se rapprochant…

 

Ce roman parle de transmission. J’ai voulu le lire avant de le transmettre à mon fils. Il m’a ému, j’espère qu’il touchera mon fils autant que moi…

 

Vincent Brunner – Platine (Flammarion Jeunesse, collection Tribal)

June 19, 2014

Comments are closed.