WONDERFLU – No End In Sight

La madeleine, cet artifice proustien pour faciliter les associations instinctives, parfois peu évidentes. Ici en l’occurrence, les souvenirs de vingt ans des fulgurances de My Soul Is Wet, l’unique album de Mutha’s Day Out, les Rage Against The Machine lycéens et provinciaux (l’Arkansas, trou du cul de l’Amérique).

Wonderflu, des parisiens au rock plutôt grunge, par similitude mais aussi par défaut d’autre qualificatif plus adéquat : trop propre pour être hardcore mais pas assez convenu pour être étiqueté pop (quoique l’on s’y projette déjà un peu… et qu’on y viendra avec l’âge, prédiction invérifiable). Depuis le précédent EP (Lota Schwager), on notera moins de Sebadoh mais plus de Dinosaur Jr., moins de Pavement et plus de Weezer : des affirmations à l’emporte pièce et des changements mineurs d’orientations dans une voie tracée à coup de voix asthmatique et de guitares jouées près du sol, le torse en avant et les bras ballants (mais pas mous pour autant !).

Amour, gloire et larsen” selon le slogan. Pas mieux…

Wonderflu (Influenza Records)

March 18, 2013

Comments are closed.