UNIFORM MOTION – One Frame Per Second

Balmorhea, Black Eyed Dog, Live Footage… En des intentions et styles différents, autant de perles découvertes au gré des envois d’un label/distributeur italien fidèle même dans mon silence. Pépites à extirper de vracs/collections de disques souvent orientés math-rock qui n’excitent qu’occasionnellement mes oreilles peu friandes de sons trop calculés… Jusqu’à la touche juste et donc, désormais, ce Uniform Motion, à rajouter à la liste des emballements immédiats mais mesurés.

Mesuré puisque tout n’est pas parfait et infiniment louable : Belle and Sebastian aurait dû composer avec moins de musiciens, dEUS ne saurait pas s’enflammer et lâcher les brides, les Kings Of Convenience ne poliraient pas suffisamment leurs arrangements… Des comparaisons stylistiquement inadéquates mais qui adoubent Uniform Motion parmi les valeurs sures nonobstant leur statut d’auto-production (pour la troisième fois en l’occurence). Pop trop sage, folk trop léchée mais élégance et érudition et un songwriting qui s’accommode de circonstances singulières : Andrew Richards aux guitares et au chant et Renaud Forestié aux illustrations. Le line-up ainsi énoncé est étrange, mais la musique d’Uniform Motion ne se conçoit pleinement qu’avec ses visuels, réalisés live pendant les concerts. Sur One Frame Per Second, c’est une histoire de petit chevalier qui affronte un géant, rencontre le diable, recherche sa princesse bien-aimée…

Et comme tout conte qui se respecte, plusieurs degrés de lecture et d’interprétations : proximité des refrains et couplets soignés et précis, régal des détails invisibles. De l’artisanat de haut vol…

Uniform Motion (Autoproduction)

December 6, 2011

Comments are closed.