Category archives: DISQUES

LA FELINE – Triomphe

Triomphe, assurément, évidemment. Une réserve cependant, amicale et bienveillante : l’usage d’un pluriel, dans le titre de l’album, aurait été plus approprié. On parlera donc ici de triomphes, réussites multiples et éminemment célébrables. Triomphe de la langue et du texte sur… continue reading »

HOUSE OF WOLVES – House of Wolves

Qu’elles sont délicates et parfois floues, les frontières entre l’androgynie subtile d’une voix rare et un insupportable chant de fausset, la folk américana précieuse et la country lente et fade, la haute compagnie de Mazzy Star (les cimes) et celle… continue reading »

LES LIGNES DROITES – Les Humains

Impressions initiales, et ce nom qui sied parfaitement : Les Lignes Droites, forcément. Lignes droites parallèles ou se croisant sur la pochette, urbaines et métronomes (basses et batteries toujours hypnotiques), implacables au son des guitares (le titre éponyme) ou des récitations… continue reading »

OCTAVE NOIRE – Néon

Du Alain Chamfort dans les premières déclarations (“Cent millions d’années / Une seconde / Une éternité / Pour faire un monde” redits plusieurs fois quasi mot à mot – sur tout “Un nouveau monde”) et plus loin aussi (“L’envol”). Assimilable… continue reading »

TOP 2016

Sans ordre de préférence, ou presque…   Okkervil River – Away Bitchin Bajas And Bonnie ‘Prince’ Billy – Epic Jammers And Fortunate Little Ditties Teenage Fanclub – Here David Bowie – Blackstar Sophia – As We Make Our Way (Unknown… continue reading »

BON IVER – 22, A Million

...ou comment Bon Iver brouille l’écoute et les pistes. Et le chroniqueur. Jurisprudence Kid A en tête, certains loueront l’audace, l’aplomb, la vision avant-gardiste, l’usage du vocoder ou d’une nouvelle technologie. Le songwriter qui passe en quelques années de la… continue reading »

LAISH – Pendulum Swing

Des similitudes (de voix, de styles et d’humilité) avec le Mojave 3 de Neil Halstead (“The Last Time”, sommet d’enchantement et de volupté, flirtant même avec les altitudes – pourtant déjà hautes – de Prefab Sprout). Des raisons, donc, de… continue reading »

MOTORAMA – Dialogues

A la manière de leurs chansons (brûlots cold wave aux motifs répétitifs et infimes variations synthétiques), les albums de Motorama se ressemblent tous mais se distinguent à chaque fois. Par des détails presque imperceptibles, des décalages subtils, des séduisantes voies… continue reading »

BAPTISTE TROTIGNON & MININO GARAY – Chimichurri

Le drame – ou la comédie (selon les points de vue) – du jazz est de céder trop souvent à la facilité et à l’excès de celle-ci. De démonstrations techniques en solos virtuoses et structures rendues complexes, l’auditeur néophyte est… continue reading »

BERTRAND BETSCH – La Vie Apprivoisée

J’ai d’abord été très injuste avec cet album, lui trouvant des accents trop évidemment “souchonesques” (“Aimez-nous les uns les autres”), des inclinaisons à la Florent Marchet trop visibles (“Merci”) voire des caricatures de Bourvil un peu déplacées (sur le louable… continue reading »

FACTEURS CHEVAUX – La Maison sous les Eaux

Facteurs Chevaux, pluriel du facteur cheval et de bien d’autres singuliers encore. Y voir de l’art évidemment, de l’art naïf peut-être, mais moins qu’on pourrait le croire… Comme l’illustre randonneur des postes du siècle dernier, une promenade musicale, campagnarde mais… continue reading »

DEAR EYES – Super Times Wow

Les premiers concerts avaient attiré les amis, presque exclusivement. Beaucoup étaient revenus pour les concerts suivants et certains même lorsqu’ils se produisaient assez loin…C’était un bon signe : en général les amis font plaisir en venant aux premiers concerts mais trouvent… continue reading »

PASCAL BOUAZIZ – Haïkus

“Que du bruit” Paradoxe initial Disque sans Bruit Noir Disque de rupture Le souvenir du premier Mendelson Singulier rapprochement Miniatures qui en disent tant Des petites rivières Forment des chansons fleuves “Cessez d’écrire” Incantation triste Dommage… Variété française Gros mot… continue reading »

EMILY JANE WHITE – They Moved In Shadow All Together

On n’avait jamais vraiment perdu Emily Jane White. On l’avait suivie, album après album, concert après concert, dans ses différentes incarnations. Jamais une tournée qui ne ressemble à la précédente en terme de line-up, d’orchestrations ou d’intentions… Jamais, ou presque,… continue reading »

ELYSIAN FIELDS – Ghosts of No

Vingt ans de carrière, dix albums pour le duo new-yorkais de Jennifer Charles et Oren Bloedow et, en guise de célébration discrète, un album qu’on affublera singulièrement et presque exclusivement de l’adverbe “au-dessus” : Au-dessus des modes et des obligations implicites… continue reading »

TROIS DISQUES DE JAZZ

Ce que je préfère dans le jazz, finalement, c’est quand il s’en éloigne   MANU KATCHE – Unstatic Poser une ambiance latine en “Introducción” et finir par la “Presentation” originale (des musiciens, comme sur scène) ne sont pas les seules… continue reading »

« older posts